Forum Théories

Le type Dragon : mode réel

Posté à 15h59 le 14/06/18

Les pokémons Dragons comptent parmi les espèces les plus mystérieuses du monde Pokémon. De nombreux mythes et légendes à la fiabilité douteuse gravitent autour d'eux. Le propos de cet article sera de rationaliser les particularités les plus étranges de ces créatures à travers quelques exemples représentatifs.


Cet article a pour but d'expliquer les caractéristiques propres de certaines familles de Pokémon de manière réaliste, et d'ainsi en faire des créatures ayant pu exister dans notre monde. Nous excluons donc de ces justifications tout élément ou phénomène dont l'existence n'est pas prouvée.



Minidraco, Draco et Dracolosse



Minidraco



Minidraco vit dans l'océan, et ne fut découvert que récemment. Un pêcheur l'a vu, une colonie fut trouvée, mais la première preuve fut une mue. Cette mue permettrait de résoudre le problème lié à la croissance continue de son énergie vitale, mais aussi à son allongement, qui reste régulier. Sa masse est de 3.3 kg pour une longeur de 1m80.




--- Il est capable de muer. La croissance de son énergie vitale est en fait la croissance de Minidraco. La mue lui permet juste de changer de peau pour continuer sa croissance. Ainsi, soit Minidraco est un squamate, groupe contenant entre autres les lézards et les serpents, soit un arthropode, qui comptent parmi eux les insectes, les arachnides, les crustacés, etc, soit un amphibien. Dans le cas des arthropodes et des amphibiens, Minidraco serait respectivement une larve et un équivalent de têtard.

--- Le fait que Minidraco soit aquatique ne permet de trancher. En effet, il existe des serpents marins et des arthropodes marins, tels que le homard. Des amphibiens marins demeurent possibles.

--- Le fait qu'il ne pèse que 3 kg pour presque 2m de long montre qu'il a soit de grands organes creux dans son corps, ce qui est irréaliste vu sa silhouette, soit qu'il est très peu large. Un calcul lui donnerait une largeur d'à peu près 4 cm. Pour un serpent, cela serait normal. Pour un arthropode, cela serait toujours cohérent : une crevette avec des caractères de crevette hypertrophiés pourrait correspondre : un "tronc" peu long, constituant la tête, la queue étant ... la queue, et les pattes, pinces, etc, étant les appendices blancs au bord de sa bouche. Cela ne peut qu'être cohérent avec le phénotype du têtard : une boule formant son corps et une longue queue.


Draco



Draco aurait une sorte d'aura, le faisant briller, qui modifierait les conditions climatiques, pouvoir conféré par ses orbes de cristal. Ces cristaux contiendraient de l'énergie, libérable pour modifier la météo. Il vit dans les mers et les lacs.






--- Modifier les conditions météorologiques est hors de portée pour un animal de moins de 5m de long. Draco reste d'ailleurs très peu lourd pour sa longueur, ce qui lui donne une largeur très réduite.

--- Ainsi, ses orbes contiendraient de l'énergie, libérable pour, pouvons-nous supposer, affecter les conditions locales du milieu. La manière la plus simple de décharger de l'énergie depuis un organe est d'envoyer un choc électrique, pouvant aussi modifier localement les caractéristiques du milieu. Donc, les orbes de Draco seraient un en fait un organe pouvant envoyer des décharges électriques d'une grande puissance.




Dracolosse



Dracolosse est donc toujours un animal marin, pouvant survoler les mers à une vitesse impressionnante, mais ce n'est pas sûr. Il est intelligent et gentil car guidant les naufragés jusqu'à la terre ferme.







--- Dracolosse peut ainsi survoler les mers. Le fait qu'il vole ailleurs n'est pas confirmé. Cette capacité à voler, avec de soi-disant ailes, serait ainsi plus une capacité à se propulser sur l'océan, comme le font les poissons volants ou certains calamars japonais. Les poissons volants, des exocoetidae, ne volent pas vraiment : il plonge très près de la surface, nageaoires repliées, puis, déployant ses nageaoires caudales, se propulse hors de l'eau. Répétant cette opération, il donne l'impression de voler à la surface de l'eau, pouvant atteindre 60 km/h sur une centaine de mètres. La calamar, lui, utilise un siphon pour se propulser hors de l'eau. Dans tous les cas, un simple serpent ou un arthropode est incapable de telles prouesses. Donc, Minidraco et Draco seraient des têtards d'un amphibien, Dracolosse.

--- Cela est d'ailleurs cohérent avec la transformation s'étant opérée entre Draco et Dracolosse : une mue finale permit à Draco de devenir Dracolosse.

---Le fait qu'il guide des voyageurs jusqu'à la terre ferme serait une sorte de coïncidence. Dracolosse se rapprocherait simplement de la terre ferme périodiquement, et au passage, croiserait des naufragés, croyant qu'il est là pour les sauver. Une telle migration peut avoir plusieurs raisons : saison des amours, modification de la température de l'eau par un courant quelconque, ou autres.


---Donc, Dracolosse serait un amphibien, par exemple une sorte de triton, migrant vers les côtes de temps en temps, dont les têtards seraient particulièrement longs. Il pourrait de plus envoyer des décharges électriques pour se défendre.



Draby, Drakhaus et Drattak



Draby







Draby se jette donc des falaises avec pour objectif de s'envoler, mais cela ne reste qu'un rêve pour lui. Il éclate aussi des rochers avec sa tête, son crâne étant très dur, et ses muscles très puissants.








---Ainsi, Draby a une tête très résistante. Cela n'est possible que par une protection externe du crâne, une protection seulement interne par un hypothétique crâne épais se révélant impossible. Par exemple, on a longtemps cru que les Pachycéphalosaures avaient un dôme crânien épais pour se battre en se fonçant dessus. Mais en réalité, celui-ci ne pouvait pas amortir un tel choc, et aurait dévié le coup porté, blessant l'animal au cou. Ainsi, Draby aurait une protection externe de la tête, une sorte de morceau de carapace. Donc, Draby serait capable d'avoir un équivalent de squelette externe très résistant, plus résistant même que la protection des tatous ou des ankylosaures.



Drakhaus




Drakhaus aurait ainsi une carapace blindée sous laquelle son corps serait en pleine transformation. Il perd cette carapace dite osseuse par la suite. Il mange peu et reste caché dans des cavernes.








---Nous constatons une transformation de Draby à Drakhaus, faisant penser au passage de la larve à la nymphe par exemple chez les insectes.

---Cette carapace tombe par la suite, et révèle son corps transformé, ce qui montre que ce processus est en fait une mue. Un transformation aussi radicale est surtout présente chez les insectes. Ainsi, Draby et Drakhaus seraient des insectes, ayant des squelettes externes très résistantes. Le fait qu'il se cache dans les cavernes, sa lenteur, et sa non alimentation montrent que Drakhaus est en inactivité, nécessaire pour réaliser sa transformation en Drattak.



Drattak







Drattak est donc enfin capable de voler, grâce à une soi-disant mutation, une modification brutale, ayant fait surgir des ailes de son corps. Il crache du feu et, losqu'il s'énerve, est incontrôlable.







--- Ainsi, Drakhaus subit une dernière modification brutale, ce qui le rapproche encore un peu plus de l'insecte, lui permettant de voler, après sa mue, la tombée de sa carapace.

--- Il pourrait cracher du feu. Cracher du feu est une capacité trop difficile à utiliser. Donc, nous pouvons raisonnablement supposer que Drattak propulse simplement un jet d'acide couleur feu, comme le scarabée bombardier. Ainsi, Drattak serait à rapprocher des coléoptères.

--- Mais vous me direz qu'il est évident, vu son physique, qu'il n'est pas un coléoptère ! Nous pouvons supposer que son long cou est en fait une longue corne, comme pour les scarabées rhinocéros, la véritable tête de Drattak étant juste en-dessous.

--- La taille de Drattak reste de plus à peu près raisonnable : 1m50, ce qui est parfaitement imaginable pour un coléoptère, certains mesurant jusqu'à 60cm de long.



Rayquaza






Rayquaza serait un être vivant très longtemps, des centaines de millions d'années, ne descendant quasiment jamais sur Terre, seulement pour maîtriser Kyogre et Groudon. Il vivrait dans la couche d'ozone, au-dessus des nuages, tellement loin que personne ne le connaissait avant récemment. Il se nourrit de l'eau ou des particules contenues dans l'atmosphère. Il mesure 7m et pèse 200kg.








--- Rayquaza est ainsi un grand et lourd être volant, vivant au-dessus des nuages. Les seuls êtres à avoir atteint cette masse en vol et cette hauteur sont les Ptérosaures. En effet, bien que les oiseaux volant soient limités à 20kg par le fait que si leur masse augmente, leur masse musculaire des pattes doit augmenter pour se donner l'impulsion initiale, constituant un poids mort pendant le vol, les Ptérosaures n'ont pas ce problème : ils décollent en prenant appui sur leurs pattes avant, leurs ailes, dont les muscles sont aussi utiles en vol. Ainsi, le Quetzacoatlus avait la taille d'une girafe. Donc, Rayquaza serait un animal au fonctionnement semblable à un Ptérosaure. Cela implique des ailes transparentes, car non présentes sur l'image que nous en avons, ce qui n'est pas bien difficile à faire pour une simple membrane.

--- La vie au-dessus des nuages ne poserait ainsi qu'un problème mineur. De simples adaptations lui permettraient de survivre là-haut sans problème. Une optimisation de sa masse, avec os creux, etc, permettrait de rester à cette altitude.

--- Rayquaza se nourrit de particules en suspension dans l'air. En réalité, il existe un plancton aérien, qui serait ces particules. Des nuages entiers d'insectes, spores, etc, sont transportés par les vents à cette hauteur, ce qui permettrait de nourrir Rayquaza. Pour se nourrir facilement de ce plancton, une grande bouche serait nécessaire, ce qui favorise d'autant plus l'hypothèse du Ptérosaure, pouvant avoir un bec immense.

---Vérifions désormais la validité de cette option. Même si ces nuages sont relativement rares, ils demeurent régulier, et Rayquaza serait ainsi capable de rester plusieurs mois sans manger, faisant des réserves à chaque nuage. Les Stratus ont leur base, assez dense, à quelques centaines de mètres, et les Stratocumulus entre 500 et 2500 mètres. Or, le plancton aérien demeure assez présent à des altitudes jusqu'à 2000m, ces ensembles d'organismes demeurant assez dense, notamment au-dessus de certaines zones, tel les fleuves, les étangs, les marais, etc, amenant une source de nourriture à peu près régulière. Ainsi, Rayquaza serait capable de voler plus haut que les nuages, tout en ayant la possibilité de repérer cet aéroplancton. Même en volant un peu plus bas, il serait tout de même caché par les nuages précédemment cités.
De plus, la quantité de plancton aérien serait suffisante pour nourrir une population de Rayquaza suffisante. Le requin-baleine pèse 19 tonnes, et consomme une tonne de plancton marin par jour. Un Rayquaza ne pesant que 200 kg, et dépensant moins d'énergie que le requin-baleine car ayant seulement besoin de planer à longueur de journées presque sans rien faire d'autre, aurait besoin de moins de 10kg par jour, disons 7 kg par jour, ce qui fait à peine 210 kg par mois, ce qui reste raisonnable.



--- Il ne descendrait presque jamais, et personne ne l'aurait vu avant récemment. Cela montre bien que Rayquaza ne descend quasiment jamais de son domaine céleste. Le ptérosaure serait encore l'annimal capable de se maintenir en vol extrèmement longtemps. Le fait qu'on ne l'ai jamais vu s'explique par le fait que la population de Rayquaza est minime, chacun vivant très longtemps, se reproduisant peu, et ayant un grand domaine à disposition pour se nourrir. Nous pouvons ainsi supposer que la reproduction se fait au sommets de montagnes ou quelque chose comme ça. Un tel animal ne pourrait pas s'encombrer de parades nuptiales développés dans tous les cas, vu sa finesse et sa fragilité.




---Donc, Rayquaza serait un grand Ptérosaure, volant au-dessus des nuages, se nourrissant de plancton aérien.


Posté à 17h18 le 14/06/18

Minidraco et ma famille me font beaucoup penser au cycle de vie des grenouilles. A voir si un autre amphibien n'est pas encore plus proche (genre triton?).

On remarque aussi que Dracolosse a des sortes d'antennes, ce qui me rappelle que j'avais une idée d'article y a longtemps comme quoi beaucoup de gros Pokémon, et nottement des dragons, avaient un cycle de vie inspiré des insectes, comme tu l'a bien montré avec Draby.

Posté à 17h34 le 28/06/19

Moi personnellement Draco me fait penser à une anguille (vu que tu as parlé de décharges électriques qu'il émettait par son orbe.)

Posté à 08h52 le 17/04/20

Pour Drattak ta théorie est douteuse : pourquoi un coléoptére aurait besoin d'une queue ?
Un reptile en aurait besoin pour s'équilibrer mais pas un insecte.

Posté à 11h41 le 19/08/20

On peut penser à un signe d'attirance pour les femelles (ça explique tout !)

Posté à 21h26 le 25/08/20

Théorie remise au point (images rajoutées). Peut-être qu'un jour, je rajouterai d'autres pokémons

Posté à 20h55 le 26/08/20

"On peut penser à un signe d'attirance pour les femelles (ça explique tout)"

Sauf que généralement, chez les insectes, ils se font des combats entre males et c'est tout, y draguent pas en disant "regarde ma belle queue", contrairement à nous. Et de toute façon, ce serait plutôt un truc coloré et mit en avant qu'ils choisiraient pour courtiser les filles, pas une queue bleue soporifique et à l'arrière du corps.

Posté à 22h50 le 26/08/20

Aussi les Drattak mâles et femelles n'ont pas de différence : la queue des mâles est donc aussi longue que celle des femelles. Donc ben c'est pas hyper tangible ça. Ensuite Drattak apprend effectivement Lance-Flammes en évoluant. Donc à moins que Lance-Flammes envoie de l'acide et non des flammes ben ça ne se tient pas non plus.
Perso je pense que Drattak ne peux pas être mis dans une case biologique et il y gagne : il est un rêve qui fini par se réaliser un jour. C'est moins de la génétique que de la magie même si la génétique est citée dans certaines de ses descriptions pokedex :
Pokémon Soleil
Sa lubie de voler lui viendrait d'une information contenue dans ses gènes.
Mais quel animal évolue en se fracassant sa tête contre des rochers et en sautant de falaises ?
Pokémon GO
Draby rêve de pouvoir un jour s'élancer dans les cieux. Bien que voué à l'échec, ce Pokémon se jette des falaises pour essayer de voler. À force, sa tête est devenue aussi dure que de l'acier.
Pokémon Ultra-Lune
Selon certaines théories, il donne des coups de tête pour stimuler les cellules qui lui permettent d'évoluer.

Sauf erreur aucun animal ne s'inflige une blessure physique à répétition pour grandir. Personnellement je pense que c'est juste de la magie ou un truc du genre : peut-être est-ce pour cela que le thème du rêve est plus souvent cité dans ses descriptions des jeux de la 3G.

Posté à 10h44 le 27/08/20

Oh et Dracolosse a le talent caché Multiécailles alors que les amphibiens n'ont pas d'écailles. D'ailleurs j'attend de savoir l'utilité d'ailes aussi petites pour la masse du pokémon (il est plus lourd que Rayquaza notre Casimir draconique préféré). Donc ben perso je trouve ça assez bancal.

Posté à 11h26 le 28/08/20

Pour les signes d'attirance sexuelle, c'est vrai que vu que le dimorphisme est plus ou moins nul entre mâles et femelles, ça ne tient pas, c'est vrai ! Peut-être n'est-ce pas un coléoptère, c'est vrai, mais en tout cas, il existe des insectes à grande queue : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ephemeridae -> je vais étudier la question.

Pour la magie, cher Narone, attention à bien lire l'avertissement initial ! Et je connais des animaux qui s'infligent des blessures pour grandir, ne sous-estimez jamais le monde animal !

Pour le talent multiécailles, regardons les tritons et les salamandres : https://fr.wikipedia.org/wiki/Triton_(amphibien) -> ils ont bien des reliefs sur la peau a priori. Mais je suis d'accord, je vais voir si on n'a pas une explication plus cohérente avec le Multiécaille. Pour les ailes,ça peut être pour se stabiliser dans un saut hors de l'eau.


Je suis étonné que personne ne parle de mon délire sur Rayquaza !

Connexion

Inscription

Forum