Forum Scénarios

Le type Spectre / mode Réel

Posté à 18h02 le 01/11/17

Déjà, parlons de ton approche... Décrire de manière ultra-réaliste les Pokémon...
On est d'accord que tu ne cherches pas à ce que tel Pokémon se révèle être exactement une des espèces de notre monde, ou du moins une variante ? Que l'invention d'une espèce est possible, tant que ça respecte la logique biologique de notre monde ? Par exemple, tu accepterais qu'on dise "ça emprunte cette caractéristique des mollusques, mais aussi cette caractéristique des hiboux, mais c'est une espèce distincte" ? Car si on se limite à forcer le Pokémon à entrer dans une case (= une espèce existante), non seulement ça demande de faire beaucoup de sacrifices (de virer les caractéristiques qui ne colle pas avec l'espèce), mais ça perd aussi de son charme je trouve. En effet ça me semble plus intéressant de décrire le Pokémon de manière ultra-réaliste, tout en conservant au maximum ses caractéristiques et son originalité : son identité quoi. Bien sûr, on peut inventer l'espèce en essayant de rester le plus cohérent possible : "Pourquoi le Pokémon a-t-il développé telle caractéristique alors qu'il a déjà telle autre ? Comment ces caractéristiques peuvent former un tout cohérent ?".

Posté à 19h49 le 01/11/17

Bien sûr qu'il n'est pas possible de coller aux espèces réelles, et je suis d'accord que ce ne serait pas marrant.


Mais coller aux grands groupes du vivants, au moins à peu près (le à peu près est important), est possible, tout en laissant une liberté colossale (on a bien plus de diversité dans le vivant que ce que l'on pense). Sérieusement, des groupes du vivant connus, on en a pleins, des inconnus, on en a pleins. On peut imaginer un groupe, bien sur, mais il se rattachera toujours à un autre de toute manière (on ne va pas se mettre à imaginer des êtres qui ne sont ni eucaryotes, ni procaryotes, ni amibes, etc, ça serait trop avancé pour nous, nous faudrait un pro en biologie spéculative).

Bien sûr, un mollusque pourrait développer des caractéristiques que n'ont pas les mollusques actuels ou passés (même s'ils en ont beaucoup des spécificités). Mais il faut prendre en compte des limites physiques : un mollusque ne volerait pas comme un oiseau, sans articulations, c'est clairement impossible (voler en mode ballon, pourquoi pas ? C'est plus réaliste qu'un mollusque qui a des ailes en tout cas. Un truc qui a des ailes, c'est un vertébré en gros, sinon, l'aile n'existe même pas.).

Le "ultra-réaliste", c'est seulement de virer tout ce qui est physiquement et biologiquement impossible (par exemple,un être vivant parfaitement auto-suffisant, sans interactions avec son environnement, ce n'est pas possible). Mais un truc qui crache du feu ? Pourquoi pas après tout ? C'est physiquement possible, et biologiquement, avec quelques aménagements, ce serait possible (je sais pas moi, un machin qui crache une sorte de suc inflammable, c'est possible biologiquement), même si aucun être vivant connu ne crache réellement du feu. Après, bien sur que si l'hypothèse "cracher un truc qui fait l'effet du feu", comme le scarabée bombardier lance un liquide irritant, est plus simple, on va la privilégier, car biologiquement, c'est plus facile à faire, et peut-être plus efficace en terme de portée, etc.

Après, il ne faut surtout pas "virer" des caractéristiques du Pokémon. Si une caractéristique est bizarre, qu'elle ne colle pas avec l'interprétation, c'est : 1) soit elle est physiquement ou biologiquement impossible ou non prouvée (fantome, téléportation, télékinésie, mollusque qui vole avec des ailes, truc qui saute à des kilomètres de haut tout en étant haut de quelques centimètres seulement, températures de 5000°C...)

2) soit il faut changer l'interprétation, et le dire. En effet, ce n'est pas à nous d'adapter les données l'interprétation, notre rôle est d'adapter l'interprétation aux données. La science, c'est contemplatif en majorité. On a des données,on raisonne, on trouve, et on contemple le résultat, même si ce n'est pas ce qu'on attendait (le Fantominus, je ne m'attendais pas à trouver une boule de gaz à la fin, je m'attendais à une chauve-souris. Vu que j'ai écrit tout ça à l'impro, ça m'a étonné d'arriver à ce résultat. Pour Momartik, pareil, pire pour Téraclope).




Bref, pour résumer, il faut les assimiler à des espèces qui pourraient exister.
Un exemple qui peut paraitre farfelu, mais reste réaliste : les oursins se déplacent grâce à leurs piquants, et ont effectivement une bouche. Une sorte d'oursin qui aurait des épines ressemblant beaucoup à des pattes et lui servant à vraiment se déplacer pour chasser, c'est réaliste, même si ça n'existe pas.
Encore, un oiseau coureur carnassier, c'est réaliste, mais ça n'existe pas (ça a existé par contre).
Une sorte de blob constitué de cellules qui bouffe tout sur son passage, c'est réaliste. Et quelque chose comme ça existe, mais, MAIS en pas très rapide (la mousse jaune dans les forêts).
Au contraire, un truc comme un végétal qui bouge, ça, ça va pas. Il y a des contraintes physiques qui l'empêchent.

Posté à 18h34 le 18/12/17

Ok, Ruine, je crois qu'il est temps d'en finir avec ce truc. Je poste ici un truc utile.

Vu l'absence de commentaires, on a 4 options.
1) soit on arrête tout (pas souihaitable je crois)
2) soit c'est parfait (mouahaha, je suis modeste )
3) soit on voit ce qui se passe
4) soit on passe à la mise en forme de la théorie (la rendre "jolie", etc)






Ce que j'appelle "Biologie Spéculative", c'est l'ensemble des êtres vivants qui auraient pu exister sur Terre.


Premièrement, les catégories concernées.
Il n'est pas choquant de se limiter aux êtres vivants à base de carbone (sinon , on ne s'en sortira jamais). Les autres cas (Silice, Arsenic, etc) sont à étudier individuellement quand on en aura besoin.
De même, limitons-nous aux groupes existants, ou à des groupes suffisamment proches pour pouvoir connaître des choses précises sur eux.
Utilisons aussi les anciennes dénominations pour les groupes, faisant référence aux caractères qu'ils ont en commun (poissons, reptiles, etc), car on ne s'intéresse pas (encore) à la parenté, mais seulement aux caractéristiques.




Deuxièmement, la délimitation. La majorité des gens, lorsqu'ils imaginent des animaux, soit font n'importe quoi, soit se limitent la pensée. Délimitons ici notre pensée.
A peu près n'importe quel type d'être vivant (parlons des animaux, ce sera plus clair) peut occuper à peu près n'importe quelle niche écologique, modulo quelques adaptations. Bien sûr, de telles créatures ressembleraient aux créatures existantes, mais ne seraient pas vraiment comme elles.
Par exemple, prenons l'Hippopotame et les Rongeurs. Il exista en Amérique du Sud, il y a des millions d'années, des rongeurs de la taille d'Hippopotames, ayant le même comportement, à certaines petites variations près.
Autre exemple, des dinosaures courant comme des autruches (les oiseaux, au passage, sont des dinosaures, mais passons), et faisant, en gros, la même chose.
De plus, certaines prouesses sont physiquement possibles. Certains archéologues affirment qu'un ptérosaure (ou un membre de leur famille) exista, avec des ailes d'envergure d'une CENTAINE DE METRES ! CENT METRES d'un bout à l'autre des ailes. Un tel monstre aurait volé au-dessus de la couche nuageuse, se nourrissant de plancton aérien (des "bancs" entiers d'insectes, etc emportés par le vent). Ce plancton existe bien d'ailleurs, et aujourd'hui, il dérive en paix. Physiquement, c'était possible, vu les caractéristiques des ptérosaures.
Tout cela ouvre déjà le champ des possibles.



Troisième point : utiliser le bon sens
On peut faire beaucoup de choses, mais pas totalement n'importe quoi. Par exemple, un mollusque ne peut pas voler en utilisant des ailes (il pourrait peut-être voler en mode ballon, mais ce genre d'options est à étudier au cas par cas).




Je crois que c'est suffisant. Je posterai bientôt des liens ou autres montrant des créatures illustrant bien ces aspects.

1) Il exista des gomphotères, des éléphants omnivores, en d'autres mots, des éléphants mangeurs de viande.

2) Le plus gros mammifère carnivore terrestre ressemblait à un ours de 5 m de haut (mais ce n'était pas vraiment un ours), avec des dents de 15 cm de long, et 5 cm de large à la base. Ca devait faire mal.

3) En théorie, une carpe peut grandir tant qu'elle vit. Elle peut mourir si sa taille devient trop importante (son coeur lâche).

4) Les plus gros primates étaient des sortes de yétis vivant dans les forêts, pesant un quart de tonne, passant littéralement tout leur temps à manger des feuilles.

5) Les ammonites occupèrent pas mal de niches écologiques dans l'Océan Téthys (un ancien Océan Global entourant la Pangée).

6) Physiologiquement, il serait possible que des calamars aient la physionomie de poissons, grâce à une simple fusion des tentacules, formant une pseudo-mâchoire.

7) Des amphibiens ressemblèrent à des crocodiles un jour, et ils vivaient en mer.

8) D'ailleurs, les crocodiles sont quasi-invincibles, évolutivement parlant : ils ont simplement résisté à tout, depuis l'époque des dinosaures. Ce sont presque les seuls gros prédateurs d'eau douce, capables de s'enterrer sous des mètres de boue, n'ayant pas besoin de beaucoup bouger, attendant qu'une proie passe devant eux. De plus, il ne faut pas croire qu'ils sont primitifs parce qu'ils sont à 4 pattes, etc. Leurs ancètres étaient bipèdes.

9) Il exista aussi des cochons des forêts, aux pattes tellement courtes, et aux corps tellement massifs, qu'ils ressemblaient à des limaces géantes, par leur comportement autant que par leur physique.

10) Des sortes de cochons carnivores existèrent aussi. Il s'agissait de puissants prédateurs, ayant une énorme mâchoire.
perv

Posté à 21h11 le 18/12/17

Désolé vu que je suis en stage j'avais d'autres priorités.

Du coup je suis d'accord avec tes paragraphes.
Pour répondre à tes deux possibilités, je suis d'avis qu'il faille absolument changer d'hypothèse plutôt que de virer une caractéristique. Surtout si cette caractéristique est importante.
Je suis aussi d'accord pour associer des Pokémon à des grands groupes du vivant. Je reste mitigé pour aller plus loin et les associer à des espèces. Si cela nous donne juste des pistes, mais ne limite pas notre réflexion, ça me va.

Posté à 19h51 le 19/12/17

Plutôt qu'un long discours, je propose une citation décrivant un raptor :

"Le velociraptor était comme un grand oiseau féroce, ou plutôt une sorte de super crocodile, mais il n'était pas vraiment comme ces animaux-là. Il ne ressemblait à rien de ce que l'Homme verrait jamais sur Terre. C'était un dinosaure."

On est dans la même situation. Cette citation résout tout.



A part ça, on peut donc passer à la face finale (relecture des fautes de frappe, etc) ?

Posté à 13h23 le 03/02/18

Le but de cet article est de décrire les Pokémons Spectres comme s'ils étaient des êtres existant, ou pouvant physiquement exister dans notre monde.



I) La famille d'Ectoplasma





De Wilderness, des Pokémons et des Dresseurs, Pokébip


Fantominus


En compilant toutes les informations données par le Pokédex sur Fantominus, nous arrivons à la description suivante. Il s'agit d'une chose, ressemblant ou étant un gaz (gazéiforme) au centre duquel on a une boule différente (95% de gaz, mais les 5% restants, que sont-ils ?), pouvant endormir ou empoisonner, passer à travers les murs, se regroupant dans des coins pour se protéger du vent.

Le fait que Fantominus puisse passer au travers des murs montre qu'il est capable de passer à travers de fines fissures, ou autres trous, des murs. Cette faculté rejetterait d'emblée tout ce qui est comme constitué en un bloc, puisque pour passer par des fissures puis se reconstituer, il faut pouvoir se diviser.
Les seules choses qui sembleraient vivantes et divisées seraient un essaim, ou alors une boule de gaz, simplement.

S'il s'agissait d'un essaim regroupé autour d'un chef (reine ?) (la boule au centre, les 5%), il faudrait que chaque membre (représentant les particules du nuage de Fantominus) ait 2 facultés : celle d'empoisonner (facile) et aussi d'endormir, supposant 2 fluides ou méthodes différentes, ce qui semble assez peu probable.
La théorie la plus simple serait donc : un nuage de gaz regroupé autour d'une boule de même matière, mais plus concentrée et donc semblant solide et pas gazeuse. Et un gaz peut très bien avoir 2 effets sur l'humain : empoisonner et endormir, selon les conditions du milieu.

Après, vous direz qu'un gaz n'a pas de volonté propre et que donc il se laisserait disperser aux vents au lieu de se regrouper sous les auvents des maisons. Mais un gaz poussé par le vent s'incruste dans tout ce qui est possible et notamment les coins, donnant l'impression qu'il y va volontairement.

Donc, pour l'instant, en excluant l'hypothèse (pas forcément fausse pour autant) que notre Fantominus est un fantôme, nous aurions une boule de gaz, un phénomène physique.


Spectrum


Le bilan sur Spectrum est assez semblable :
Il peut passer à travers les murs
Sa langue éthérée et gazeuse fait trembler puis s'évanouir
Il se planque dans les ténèbres
Sa langue peut voler la vie (je crois qu'on va s'en tenir à mourir), si vous vous approchez trop près en faisant ce qu'il dit en signes
Il rôde dans les murs
Quand il touche quelqu'un, ça donne des frissons ! (Sûrement la peur)

Donc, Spectrum, provenant d'une transformation de Fantominus, est lui-aussi capable de traverser les murs, mais nous avons une précision supplémentaire. Il passe dans les murs, ce qui montre encore la pertinence de l'hypothèse de passage par des fissures.

Sa langue semble bien faite de gaz, causant des tremblements, puis l'évanouissement, ou même la mort, si l'on s'approche. Or, si on s'approche d'une boule de gaz (le signe de la main peut être vu comme une croyance), et même qu'on le touche, et qu'on retire vite sa main, une partie du gaz nous suit avant de retourner à la boule principale, pouvant donner l'impression, vu de loin, qu'une langue a jailli. Celui qui l'a touchée étant pris de tremblements ne peut rien dire précisément sur ce qui est arrivé, dans l'immédiat en tout cas.


Donc, pour passer de Fantominus à Spectrum, on aurait juste eu un grossissement du nuage de gaz, accompagné d'une augmentation de sa virulence.



Ectoplasma


Le bilan des descriptions Pokédex :
il apparaît la nuit, se planque dans l'ombre et fait peur aux passants en les suivant
Quand il est là, l'air se rafraîchit. De plus, ses soi-disant malédictions provoquent des frissons. Pire, il vole la chaleur des passants, et même parfois leur vie ou énergie vitale !
Ah, aussi, dans le dessin animé, il vole.

Donc, Ectoplasma ressemble lui aussi à une sorte de boule de gaz. Ce nuage est déjà plus concentré puisqu'il a une ombre propre, mais aussi qu'il est assez dense pour pouvoir se tenir (je ne sais pas si ça se dit pour un gaz) par terre, à peu près.

Remarquons qu'une caractéristique a été accentuée depuis Spectrum : le froid. Alors que Spectrum donnait des frissons, Ecto, lui, fait chuter la température d'une pièce à 5 degrés Celsius ! Et même vole la chaleur des êtres vivants. Donc, nous pourrions dire qu'Ectoplasma/nuage absorbe la chaleur ambiante, c'est-à-dire, au niveau moléculaire, l'énergie des molécules. De ce fait, lui, il serait très chaud avec un environnement très froid. D'où, son aspect de gaz plus solide que pour les précédents. En effet, plus les molécules ont de chaleur, d'énergie thermique, plus elles s'agitent et plus elles se désorganisent, pour arriver ensuite à un état gazeux. Donc, voilà comment notre nuage pseudo-vivant se maintient sous forme de gaz sans se liquéfier/solidifier.

Ainsi, une telle matière aurait d'étranges propriétés (un gaz qui normalement ne le serait qu'en conditions extrêmes), d'où d'étranges effets ressemblant à des malédictions sur les êtres vivants.





Il faut enfin noter que la barrière entre vivant et non vivant est fine. Des chercheurs ont créé une sorte de minéral croissant, se modifiant, etc rapidement, réagissant avec des automatismes. Donc, là, ce que je dis est un peu pareil, mais à l'état gazeux.





III) Les Pokémon Spectres de Hoenn, des mollusques ou autre chose ?




Polichombr



Il faut également ajouter que le Pokédex de X et Y affirme qu'il absorbe des ondes négatives grâce à sa corne.


Pour Polichombr nous pouvons dresser le bilan suivant.

Sa masse est de 2,3 kg pour 0,6 m de taille. 0,6 m est son diamètre, étant assimilable à une boule (pas une sphère, attention, important). Cela lui donne un volume de 4XpiX0.3^2=0.33 m cube, soit 33 litres, soit dans les 25 bouteilles de coca alignées comme référence :).
Donc, on a sa masse volumique : 2.3/33=0.06 kg/L = 60 g/L.
Donc, il ne vole pas, à moins d'avoir des ailes ou autre chose dans ce genre. D'ailleurs, il n'a pas la capacité spéciale Lévitation.

Ce Pokémon est urbain, il vit dans les villes, précisément sous les gouttières des gens vindicatifs. Le terme vindicatif n'est pas très important : qui n'a jamais voulu se venger au moins une fois dans vie ? Puisqu'il est urbain, il est sûrement capable de manger à peu près n'importe quoi.

Il craint le soleil. Mais vivant sous les gouttières, il apprécierait l'humidité.

Nous apprenons aussi qu'ils vivent en groupe : c'est une entité grégaire.

Il grandit tant qu'il mange des émotions, ou sinon, pouvons-nous imaginer, quand il mange tout court. Donc, pourquoi ne pas imaginer de gros polichombrs ?


Le seul animal croissant toute sa vie en mangeant, etc, est un calamar (ou proche cousin), un mollusque, ou une carpe (oui, vous pouvez vérifier). L'hypothèse de la carpe est définitivement hors-sujet (j'espère que vous voyez bien pourquoi). Donc, on aurait un mollusque, d'autant plus que les mollusques apprécient l'humidité, et craignent la déshydratation, pouvant être due à une exposition au soleil (avez-vous fait souffrir un escargot en lui mettant du sel dessus pour le déshydrater ?) !
Ne pas oublier qu'une texture molle de mollusque pourrait donner à penser à une sorte de tissu, ce dont Polichombr semble être fait dans le jeu.

D'ailleurs, sur cette petite image, nous pouvons distinguer que Poli aurait la possibilité de s'accrocher aux gouttières par sa corne. Donc, sa corne permettrait deux choses : s'accrocher et absorber des sortes d'ondes émises par les gens. Pour s'accrocher, rien de plus simple, il suffit que cette corne colle, un peu comme le pied d'un mollusque (oui, un escargot a un pied). Donc, Polichombr aurait un pied ou un membre mollusquéen ( :fou: ) qui serait situé sur le dessus de son corps.
Absorber les ondes émises par les personnes, lambda comme nous l'avons précisé, car le désir de vengeance demeure très répandu, serait une caractéristique intéressante. L'être humain, de part sa chaleur interne, comme tous les animaux à sang chaud à peu près, émet des infrarouges. Combiné aux infrarouges émis par les sources de chaleur diverses de la maison (radiateur, lecteur DVD, ordinateur, Pokéball ?, etc), cela fait un gros paquet d'ondes.
Donc, Polichombr absorberait ces ondes-ci, grâce à des pigments spéciaux sur sa corne (ou toute sa peau, ça marche aussi). Ainsi, il aurait une sorte de complément alimentaire. Pour éclaircir cette idée, regardez la photosynthèse : un pigment vert absorbe certaines radiations de la lumière visible (à peu près). Un pigment noir absorberait tout pas mal de longueurs d'ondes, et même des infrarouges. D'ailleurs, Polichombr n'est-il pas noir ?

Pour la sécrétion de tels pigments photosensibles, nous ne pouvons faire que des hypothèses : moyen inconnu de nos espèces traditionnelles, symbiose comme pour les chloroplastes des plantes issus de bactéries ayant été absorbées par les cellules végétales, ou alors, comme pour une limace de mer existant dans notre monde : Polichombr pourrait manger une sorte d'algue ou plante bizarre sécrétant ce type de pigments et incorporer ce qui permet de les produire.

Ainsi, Polichombr serait un mollusque grégaire, pouvant potentiellement grandir encore et encore (même si un accident du genre incident cardio-vasculaire ou extermination par les humains reste probable). Flippant, hein ?


Branette



Pour Branette, le bilan est :

Une poupée possédée, après avoir été jetée à la poubelle, abandonnée.
Ils errent dans les décharges.
Son énergie s'échappe s'il ouvre la bouche.
Il cherche des gens, ici, l'ancien propriétaire soi-disant.


Branette est l'évolution de Polichombr, et en est donc issu, d'une quelconque manière.

S'il ouvre la bouche, en gros, il périt. Donc, il y a quelque chose sous sa coque, qui ne doit pas être exposé à l'extérieur. Cela coïncide avec la théorie du mollusque : Branette a une carapace protégeant son corps mou en dessous, comme un escargot avec sa coquille.

Il vit dans les ordures. Donc, lui aussi, il peut manger n'importe quoi et est plutôt féroce car se défendant face à tous ceux qui rôdent, comme les gros rats, les chiens errants, etc.
Il a enfin été abandonné, et ressent de la rancœur. L'élément manquant est là : le passage de Polichombr à Branette. Branette résulte d'un Polichombr, isolé du troupeau/groupe, un peu comme les Éléphants solitaires. Ainsi, il serait un peu fou furieux, et pourrait survivre tranquillement en territoire hostile comme les décharges en tuant tout sur son passage. D'ailleurs, "rechercher des gens" peut faire froid dans le dos, n'est-ce pas ?

L'allusion à la poupée serait juste due à une croyance.

Et au fait, Méga-Branette a bien ses fermetures ouvertes et un corps violet en dessous, comme de la chair molle... Ouvrir ses soi-disants "fermetures" serait permis temporairement par la sécretion d'une substance quelconque.

Les Branettes seraient ainsi peu étudiés car agressifs à l'extrême.



Skelenox



Source de l'image : Kakidex, ZZAZZ, Pokébip


Il peut traverser les murs, même les plus épais dit-on.
Il se balade la nuit, dans l'ombre, pour traquer ses proies jusqu'à l'aube, infatigablement.
Une légende dit qu'il enlève les enfants désobéissants (ce type de légende se retrouve un peu partout dans beaucoup de cultures, donc, un peu à écarter).
Sa taille : 80cm pour 15 kg, donc, assez peu dense, mais trop pour un gaz/essaim ou autre chose d'"immatériel" ou non-centralisé.

Donc, nous avons un animal craignant la lumière, assez endurant ; chasseur et capable de traverser/passer par les fissures des murs. Ah, et qui vole aussi, bien sûr. Ne pas oublier que Skelenox présente des sortes de moignons latéraux rappelant des ailes, et des yeux phosphorescents.

Comme animal nocturne qui vole, on a soit une chauve-souris, soit une sorte de hibou, tous les deux des chasseurs carnivores (buveurs de sang pour les chauve-souris).
Les yeux phosphorescents le rapprochent d'un hibou/chouette.
Quid de sa masse minuscule pour sa grande taille ? (15 kg pour près d'un mètre, c'est léger).
Eh bien, Skelenox serait une petite chouette/hibou pesant 15 kg, et son volume/sa taille serait due à une quantité astronomique de plumes ! Un plumage touffu en gros, lui donnant d'ailleurs un aspect beaucoup plus fantomatique et expliquant un peu une démarche chaloupée en vol. Et aussi, avec une si petite taille pour un volume important, occupé par des plumes flexibles, il pourrait assez facilement passer à travers des trous de taille moyenne dans les murs.
Le masque de tête de mort ? Juste la peau de la chouette/hibou qui ressort à cet endroit.


Téraclope


Pesant 36 kg pour 1m60, il est moyennement lourd.
Selon le Pokédex, son corps est creux et rempli de néant (on se comprend), et que c'est un peu comme un trou noir. Il absorbe des objets de n'importe quelle taille.
Il hypnotise avec son œil phosphorescent.
Il avale des feux-follets.

Nous pourrions assimiler ce vide dont rien de ressort à une sorte d'estomac digérant tout et n'importe quoi (je ne crois pas que Téraclope soit vraiment vide à l'intérieur). Puisqu'il peut absorber n'importe quoi, Téraclope aurait une bouche et un estomac extensible, et donc son corps le serait lui-même. Donc, il s'agit d'un mollusque ou animal affilié. Nous avons donc le problème du rejet des déchets issus de la digestion...

Pour l'hypnose, franchement, aucun animal (ou alors très rare) n'est vraiment parvenu à quelque chose (sauf l'humain sur les autres humains, mais Téraclope n'en est pas un, qu'on se le dise). Donc, comment faire délirer quelqu'un à distance, avec une sorte d'œil rouge phosphorescent ? Eh bien, la seule astuce possible serait un gaz comme une drogue, émanant de son "œil", qui en fait serait un orifice évacuant ce gaz. Voilà qui règle la question du rejet des déchets ! Le gaz-drogue serait le déchet.

Désormais, comment passer de notre hibou/Skelenox à notre mollusque/Téraclope ?
Le Pokédex dit bien qu'il absorbe des feux-follets. Nous pourrions nous sire qu'il absorbe en fait des choses phosphorescentes, et que l'imagination humaine fait le reste. Qu'est phosphorescent dans la nuit ? Les yeux d'un hibou.
Donc, Téraclope le mollusque mange notre cher hibou/Skelenox. Après, ses mains seraient juste des pseudopodes. Pour les pieds, saviez-vous que les escargots en avaient un ? Pourquoi pas deux ?

Donc, on aurait une sorte de croyance selon laquelle les Skelenox grandissent en Téraclope mais en fait, l'un mangerait l'autre. Mignon l'univers de Pokémon, non ?



Pour notre cher Noctunoir, il y a un manque flagrant d'informations.
Tout ce qu'on sait, c'est qu'il émet des ondes radios et peut en recevoir, soi-disant depuis le monde des morts.
Mais aussi qu'il capture/mange des âmes par sa grosse bouche sur le devant de son corps.

Face à une étude si peu approfondie (je suis déçu Professeur Chen), nous ne pouvons pas dire grand chose ...


IV) Ceux de Sinnoh :



Donc, nous allons aussi nous intéresser aux Spectres de Sinnoh : Momartik et Baudrive/Grodrive.
Je ne traiterai pas Magirêve car je n'ai que peu d'éléments, il ne fut pas assez étudié dirait-on ...


Momartik


Et voici également Momartik, le fantôme venu du froid !


Pour son bilan, nous savons donc :
1.3 m pour 26.6 kg, c'est assez peu. Il n'est pas très lourd.
Il est soi-disant creux.
Il souffle un truc à -50 °C sur ses proies et les expose dans sa tanière.
Voilà, c'est tout. C'est très peu tout de même. On va se débrouiller avec.


Sa faible masse serait due à la possession d'une épaisse toison/plumage/truc du même genre. D'ailleurs, cela le portégerait efficacement du froid si celle-ci était épaisse. Dans le monde réel, la majorité des espèces vivantes ayant une épaisse toison, etc sont des mammifères (comme les ours blancs, les yacks, ou autres) ou des oiseaux (pingouins et manchots). Par conséquent, Momartik ferait partie de l'une des deux catégories.

Le fait que son corps soit creux témoignerait du fait qu'il aurait un organe creux. Lequel ? Eh bien les organes réellement creux chez les mammifères ou les oiseaux sont les os, mais là, cela ne forme pas vraiment un organe vraiment unifié si vous voyez ce que je veux dire, soit une poche remplie d'air permettant de hurler, comme des singes hurleurs ou certains oiseaux. Donc, Momartik serait un oiseau ou un primate hurleur en mode yéti.

Le fait qu'il décore sa tanière par des cadavres pourrait relever de la croyance, mais aussi, ce qui est plus fort, d'une forme d'intelligence. Cela ne départage pas encore entre oiseaux et primates car les oiseaux et les primates sont tous deux considérés comme ayant du potentiel pour être intelligent (pour les oiseaux, c'est vérifié).

Le souffle à -50°C ? Bah, voilà qui est simple. Il ne le souffle pas, c'est juste qu'il vit dans des endroits aux températures extrêmes. C'est risqué de vivre en Antarctique, en plein coeur s'entend. Vous vous découvrez et paf, vous êtes gelé.


Pour départager entre primate hurleur et oiseau, nous allons regarder les autres membres de cette famille.


Pour Stalgamin, nous avons un animal ne supportant pas la chaleur mais vivant très bien dans le froid.
Ile sont grégaires (par groupes de 5 pour se déplacer, ou par grands groupes sous d'immenses feuilles).
Ses repas sembleraient frugaux : se nourrir de neige et d'eau.
Il est sympa car il apporterait la prospérité.
Il sort la nuit (le soir).

Donc, c'est assez compliqué.
Le fait d'être grégaire témoigne encore d'une intelligence poussé.
Il apporterait la prospérité. Une croyance ? Ou alors, il ferait des cadeaux aux humains ou les aideraient en secret. Cela nécessite des pensées bien développées, et donc, de l'intelligence.
Il se nourrit de neige et d'eau ? Je ne crois pas. Ou alors, c'est une méduse. Il ne serait plutôt jamais vu en train de se nourrir seul. Ainsi, il mangerait seulement aidé de ses parents. -> Encore une micro-société et de l'intelligence !
Le fait qu'il sorte la nuit témoignerait qu'il est nocturne ! Ainsi, Momartik aussi ? Sûrement, ce qui conforterait la croyance en le fait qu'il est un spectre.

Analysons donc son apparence. Comment expliquer le cône orange le surmontant ?
Pour un singe, on en peut pas trop, à part à penser à une sorte de duvet protecteur ou à des habits (fait pas abuser non plus dur leur intelligence, ça reste des Pokémons/animaux de base).
Donc, le truc du singe serait rejeté. Pour l'oiseau, il suffirait de se dire que des ailes repliées sur elles-mêmes produiraient le même effet, vu d'assez loin.
Et ses petits bras me direz-vous ? Juste une information pas sûre de plus.



J'oubliais : les bras de Momartik ressembleraient effectivement à des ailes, oui, assez petites bien sûr, ce serait un oiseau marcheur, dont les pieds ne seraient que peu visibles dans une tempête de neige.



De plus, sa bouche pourraient faire penser à un bec, avec un peu d'imagination. Les pinsons gros becs ont déjà un bec court et conique. Il suffirait qu'un trait de ce genre s'accentue pour obtenir une mâchoire comme celle de Momartik, d'ailleurs sans dent, mais plutôt crénelée, comme un bec.






Ainsi, notre petit Stalga serait un bébé oiseau aux ailes repliées, dont les parents seraient des oiseaux nocturnes hurleurs venus du froid.







V) Le final : Giratina la Bête Mystérieuse...



Le plus grand des Pokémons de type Spectre !

"Un Pokémon censé vivre dans un monde à l'opposé du nôtre. Il apparaît dans un cimetière ancien."
"Sa grande violence lui a valu d’être banni. Il observe les hommes en silence depuis le Monde Distorsion."
Source : Pokédex

La description du Pokédex est plus qu'elliptique :
Un Pokémon, banni dans un autre monde opposé au notre / une autre dimension, pour sa trop grande violence.
Il vit là-bas, et observe les humains (ça fait peur s'il nous observe tout le temps), et apparaît dans d'anciens cimetières.
Ah, et aussi, il a deux formes, celle qu'on voit dans notre monde, et celle dans son monde à lui.

Le fait qu'il observe les humains semble un peu lié à la croyance, mais est surtout invérifiable (ce Pokémon, dans la vraie vie, ne laisserait personne approcher, sauf dans un tank, et même...).

Une autre dimension ? Même si ce serait rigolo et un bon scénario de SF, très peu pour moi. Les endroits les plus inaccessibles pour nous sont les abysses, l'atmosphère ou sous terre. L'atmosphère est à exclure (pour un Pokémon comme ça, faudrait pas exagérer). Donc les abysses ou sous terre disions-nous.
Vu qu'il émerge dans les cimetières, il serait plutôt sous terre. Pourquoi irait-il dans les cimetières ? Simplement pour se nourrir ! Sous terre, il peut trouver des tas de petits organismes à faible profondeur, mais s'il ne veut pas se faire remarquer, il lui faut de la nourriture profonde. Or, dans les cimetières, qu'y a-t-il sous terre, si ce n'est de la matière organique ?

Après son mode de vie, analysons désormais son apparence.

Il a 10 pattes, dans une forme ou l'autre.
Ah oui : la forme alternative a des ailes, et donc, par extension, on pourrait dire 4 paires de pattes : 3 paires trucs rouges et une noire au bout, + 3 paires de pattes de base. Pour la forme originelle, il y a 3 paires de tentacules noires, puis 4 paires de piques, assimilables à des pattes.
Donc, plutôt une sorte de mille-pattes, puisque ces machins peuvent avoir autant de paires de pattes que l'on veut.

Le changement de forme conserve donc certaines caractéristiques. Donc, nous pouvons supposer que, pas souvent vu par les humains, nous avons imaginé qu'il changeait de forme lorsqu'il replongeait sous terre, soi-disant vers l'autre dimension.

Donc, un gros mille-pattes souterrain mangeur de cadavres. Charmant.