Profil de Ruine Maniac

Inscrit depuis le 08/09/2017
Anniversaire : 19/03/1993 (28 ans)
Code-Ami : 3454 0493 8501
Sites Web : Youtube Twitter

Présentation

♥ Germy, les escargots, les piossons, les abeilles, l'Antiquité, faire des dessins tout moches, la tempête de Bretagne.
✘ Le gras de la viande, les vêtements mouillés, le froid, les théories de Pokéscience de Trash/Bip/Chandouidoui.


Derniers messages

Ruine Maniac a posté 298 messages Voir tous les messages

Posté à 12h25 le 10/07/21

Théories random ...
C'est intéressant ce que tu pointes du doigt.
Pour l'ordre j'y vois juste une contrainte toute conne de gameplay. Les devs ne pouvaient ou pouvaient pas faire autrement. En effet c'est sympa de laisser des indices au joueur sur les cases manquantes dans le Pokédex, s'il y a une évolution potentielle, ou un Pokémon de la zone que tu n'as pas encore rencontré. Je me permet de faire mon trouble-fête sur cette première observation, pour éviter de s'empêtrer dans une théorie trop complexe... Mais y'a clairement moyen de trouver une logique narrative derrière, et j'ai l'impression que ça colle avec l'hypothèse que je vais émettre !

Il y a ce super topic d'Unpuis : Un regard critique sur le Pokédex
Il traite notamment des incohérences, ou du moins d'une évolution des observations au fil des générations. Le régime alimentaire de Rosabyss en est l'exemple parfait. Au fil des observations, les connaissances sur ce Pokémon se sont peut-être affinées. Et alors il peut y avoir une raison pratique derrière ce Pokédex vide au début de notre aventure. Je continue le débat sur le topic d'Unpuis afin d'en garder plus facilement une trace.

Posté à 12h24 le 10/07/21

Un regard critique sur l ...
Je continue ici le débat initié par Quisidia sur le topic Théories random, qui se demande :
D'après Quisidia :
Petite théorie qui vaut ce qu'elle vaut mais...au début de chaque versions, le Professeur Pokemon ne nous prend t'il pas pour des idiots? Aka va remplir le Pokedex qui peut contenir pile poil le référencement de tout les Pokemon de la région, bien rangé pokemon de base puis leur évolution.
Pourquoi? Le professeur est la depuis des années, des mômes, il a dut en envoyer des dizaines sur les routes, depuis tout le temps qu'il fait ses recherches, il doit quand même le savoir ce qu'il y'a comme Pokemon dans la région où il est, il a même rentré quelques informations sur chaque Pokemon. Si il y'a une logique a cela je suis preneur. Si il veut te filer un Pokedex, très bien c'est cool merci mais il devrait etre rempli des informations sur les Pokemon que tu vas rencontré dans la région.


Ça paraît pas déconnant de se demander pourquoi on reçoit un Pokédex vide si nous ne sommes pas le premier à explorer la région... Je pense notamment à Dexio et Sina. Peut-être que la réponse se trouve dans les dialogues de XY.
Et du coup, est-ce que effectivement le Professeur possède déjà des informations sur les Pokémon de la région, mais qu'il préfère donner un Pokédex vierge à chaque enfant pour s'assurer que les observations notées dans le Pokédex soient indépendantes. Afin de limiter la répétition d'idées reçues erronées ?

Cette hypothèse repose sur une grosse condition : que les données du Pokédex qui apparaissent lorsqu'on capture un Pokémon vienne bien de nous. Pourtant, il semble au moins qu'il y ait des informations partagées, avec des auteurs connus. Ce fameux scientifique de chez Devon pour Rayquaza par exemple.
Avec cette nouvelle info en tête, voilà comment je vois le fonctionnement du Pokédex.
On nous donne un Pokédex vierge pour nous motiver et surtout pour que dès qu'on capture un Pokémon, on fasse une observation indépendante. Cette observation n'est pas forcément celle qui nous est dictée dans notre Pokédex. L'observation est ajouté à une base de données que possède le Prof de la région. C'est au Prof de faire le tri et d'analyser les nouvelles informations, afin de mettre à jour la description Pokédex. Mieux, peut-être que tout est automatisé, et que c'est le Pokédex qui analyse et envoie des données, sans que le joueur ne se doute de quoi que ce soit. Et ensuite, le Professeur ainsi que d'autres scientifiques (Devon inclus) traitent ces données pour les résumer en description Pokédex.

Posté à 00h42 le 12/05/21

Archéomire / Archéodon ...
Très cool, mis à part ton appréciation personnelle à la fin : "son design quelque peu rebutant" xD
J'apprécie le détail du nez d'Archéomire qui se retrouve aussi au milieu du Yata-no-Kagami. Par contre qu'en est-il des petites boules qui dépassent de son corps tout autour ? Simple esthétique ? Sinon peut-être un rappel au dotaku ?
La description d'Archéodong sur le fait qu'on le retrouve parfois enterré dans le sol, je le voyais plus comme la découverte archéologique de très anciens Archéodong. Mais imaginer que des humains l'aient enterré pour qu'il arrête de faire du bruit, c'est très fun (et cruel !).

Posté à 20h55 le 04/04/21

Psykokwak / Akwakwak ...

Psykokwak



Inspiration


À première vue, Psykokwak n’a rien de fascinant. Certains y voient un ornithorynque qui aurait appris à marcher debout. C’est vrai qu’il y a un air de famille, avec ses pattes avant qui ressemblent plus à des mains palmées qu’à des ailes. L’ornithorynque surprend à bien des égards. L’une de ses particularités est de chasser par électro-perception. Les électrorécepteurs dans son bec lui permettent de détecter l’activité électrique des muscles de ses proies. Serait-ce de là que viennent ses pouvoirs psychiques ? L’hypothèse séduit, mais Psykokwak n’est doué que de télékinésie. Aucun sixième sens en vue.
Pokédex de Cristal :
Il ne peut utiliser ses pouvoirs Psy que lorsque ses neurones se réveillent.

De toute façon, ce ne serait qu’une histoire de neurones d’après le Pokédex, et pas d’électro-perception.



Pourquoi chercher si loin, quand la réponse est sous nos yeux ? Ça ne casse pas trois pattes à un Psykokwak, mais c’est bel et bien le Pokémon Canard. Ou même le Pokémon Caneton, avec son plumage jaune et sa petite queue en pointe.
Et que dire du canard en plastique, avec son aspect lisse, son jaune criard, et ses yeux inexpressifs ? Bref, du canard à toutes les sauces.



Étymologie


Dans toutes les langues, le nom du Pokémon va aussi dans ce sens… Du discret Couac français au plus évident Duck anglais. À l’international, Psykokwak reçoit des noms qui l’associent directement au psychisme. Le but était de le rendre plus marquant aux yeux des enfants. Le don de Psykokwak était mis en avant. Pourtant, GameFreak le voyait d’un autre œil.

Lors du développement de Rouge et Vert, un classement interne des Pokémon était organisé périodiquement. Chaque membre de l’équipe devait attribuer des points à ses cinq design de Pokémon préférés. Le but était de choisir quelles créatures garder dans les jeux. Dans un des premiers classements internes, tenu fin 1992 ou courant 1993, Psykokwak fut nommé “Ducky” (ダッキー). Ce mot est souvent utilisé comme nom affectueux… Ou pour désigner un canard en plastique. Encore lui.



Bien-sûr Ducky n’était qu’une désignation temporaire, et son nom japonais se fixa sur Kodakku. Composé de “ko” (enfant) et de “duck” (canard), l’emphase est faite sur le côté juvénile du canard, à la fois maladroit et attachant.

Entre haine et amour


Et la première maladresse ne tarda pas à pointer le bout de son bec, comme l’explique Julien Bardakoff : “Nintendo s’est chopé un procès de Kodak avec ce nom-là, ils n’avaient pas fait attention à la ressemblance…”.
Pokémon était aussi la cible des évangélistes durant la Pokémania. Les pouvoirs surnaturels de certaines créatures étaient l'œuvre de démons. Psykokwak en faisait partie, avec son regard perçant capable d’hypnotiser sa victime. Il accédait à ses pouvoirs refoulés en altérant son état de conscience, concept New Age alors combattu par le pasteur Phil Arms.

Outre l’hystérie satanique qui saisissait le monde occidental, Psykokwak remportait le cœur du public. Sa stupidité le rendait attachant. C’était la garantie d’un caractère fort, d’une originalité louée par la presse des années 2000. Malgré les coups de gueule répétés d’Ondine, le vilain petit canard restait son compagnon favori, comme un enfant compliqué dont il faudrait prendre soin.
Le succès se ressentait déjà au sein de l’équipe de GameFreak, dès la phase de développement des jeux Rouge et Vert. Après tout, Ducky occupait la cinquième ou la dixième place d’un des premiers classements internes.
Masuda, développeur influent chez GameFreak, n’hésite pas aujourd’hui à le présenter comme son Pokémon favori. À tel point qu’il avoue avoir envisagé Psykokwak comme mascotte complémentaire à Pikachu pour les jeux Pokémon Let’s Go. Malheureusement, sa couleur jaune le rendait trop similaire à Pikachu. Évoli l’a échappé belle.


fanart par KyephaLife


Sur Pokémon Stadium, un défi de taille attendait le plus valeureux des dresseurs : S’ils enregistraient au Panthéon les 151 différentes créatures du Pokédex, ils recevaient un Pokémon mystérieux. Quelle récompense était à la hauteur d’un tel effort ? Apparemment, un Psykokwak avec la capacité exclusive Amnésie. Peut-être était-ce le signe de sa bonne réception auprès du public, au moment où l’anime battait son plein ? Ça n'a pas empêché beaucoup de joueurs d’être déçus. Notamment ceux qui ne regardaient pas l’anime. Car c’est bel et bien le petit écran qui a propulsé Psykokwak au devant de la scène.



Psychisme


Le pauvre souffrait continuellement de terribles maux de têtes. Lorsque la douleur devenait insupportable, son inconscient prenait le dessus, et le plaçait en état de transe. Inutile voire gênant en temps normal, il était capable d’arracher la victoire avec un redoutable Choc Mental.
Pokédex de Saphir :
Lorsqu'il utilise son mystérieux pouvoir, Psykokwak ne s'en souvient pas. Apparemment, il ne peut pas garder ce genre d'évènement en mémoire, car il pratique ce pouvoir dans un état proche du sommeil profond.

Migraines et amnésies ponctuaient les épisodes dont il était le triste héros. Loin de maîtriser ses pouvoirs psychiques, Psykokwak n’en était que la victime.

Le Pokémon subit son propre psychisme, mais aussi celui des autres. La carte Contrôle Psychique de Morgane illustre justement un Psykokwak victime de l’hypnose. Et ça ne s’arrête pas là…



Psykokwak apparaît pour la première fois dans le vingt-septième épisode de la série, aux côtés d’Hypnomade et de Soporifik. Dans cet épisode, de mystérieuses vagues de sommeil provoquent des phénomènes étranges en ville. Certains enfants disparaissent et les Pokémon perdent toute leur force. Dans le lot, un Psykokwak. Sacha et ses amis enquêtent, et découvrent très vite qu’Hypnomade est derrière tout ça malgré lui. Il ne faisait qu’aider des insomniaques à trouver le sommeil. Heureusement, Soporifik fait sortir les enfants de leur transe, et les Pokémon retrouvent leur énergie. Sauf Psykokwak, qui continue à se tenir la tête. L’infirmière Joëlle ne se doute pas que son mal-être est simplement dû à sa migraine chronique. Le Pokémon est confié à Pierre, qui le refile très vite à Ondine.



Conception


Le jeu de cartes, l’anime… Et si Psykokwak était destiné à être la victime collatérale du tapir et de son pendule ?
Le Pokémon a vu le jour vers 1992. Dans l’index interne, il porte le numéro 47 et précède Soporifik, numéro 48. Avait-il été designé comme un simple canard, ou était-il déjà en proie à ses maux de tête ? Le sprite du classement interne de 1993 est déjà le sprite définitif que nous connaissons, où il se tient la tête. Le diagnostic est clair : il s’agit d’une pathologie congénitale, un mal qui le ronge depuis la naissance. Les développeurs se sont peut-être amusés à imaginer Psykokwak de pair avec Soporifik.



Mais ce n’est pas la seule raison de sa création à ce stade du développement des jeux.
Le caneton est né dans un contexte particulier. À partir de 1992, un nouveau système de combat est imaginé, mettant en avant les types. Il fallait alors designer des créatures qui incarnent ces archétypes. Il est possible de segmenter cette phase de conception en trois temps : D’abord des humanoïdes qui reprennent les classes RPG traditionnelles, puis des animaux, pour terminer par des créatures inspirées du folklore. Notre canard est sûrement apparu dans cette seconde phase, aux côtés d’Arbok et de Parasect. HelixChamber préfère le catégoriser comme faisant partie de la phase yokai, mais je ne partage pas cet avis, l'allusion au kappa étant complètement absente à ce moment de la production.
À cette époque, les lignées évolutives n’existaient pas encore, et Psykokwak n’était qu’un caneton isolé.

L’intermède Weirduck


Entre fin 1993 et milieu 1995, Game Freak décide d’offrir des évolutions à beaucoup de Pokémon anciennement créés, dont Psykokwak. Juste avant Akwakwak, un Pokémon depuis effacé porte l’ID interne numéro 127. Seul son sprite de dos nous est parvenu. Ce stade intermédiaire se contente de ressembler à Psykokwak en plus gros, toujours coiffé de trois épis, et avec une crête à l’arrière de son crâne. Il s’agit de celui que les fans nomment “Weirduck”.



Comme beaucoup d’autres évolutions à trois stades, il a finalement été abandonné pour réduire le nombre de Pokémon à 150. Peut-être était-il trop redondant avec Psykokwak. Après tout, la véritable métamorphose ne s’opère qu’avec le dernier stade d’évolution.

Akwakwak



Kappa


Son côté humanoïde et trapu, sa couleur bleue, son bec, ses doigts palmés. Akwakwak troque son apparence de canard pour quelque chose de plus inquiétant: un Kappa. Si ce dernier est toujours représenté avec une carapace de tortue, GameFreak préfère n’en retenir que le bec de canard. Et ce aussi bien pour Akwakwak que pour la famille de Ludicolo.
Pokédex de Rouge et Bleu :
Il nage avec élégance le long des côtes. Il est souvent confondu avec le monstre japonais : Kappa.




Le Kappa est un yokai qui hante les fleuves et les lacs du Japon. Bien que la version française du Pokédex parle de côtes, la version anglaise corrige le tir en mentionnant les bords de lacs. Créature d’eau douce, Akwakwak élit domicile dans les lacs et les rivières. Les deux créatures sont connues pour être d’excellents nageurs.
Pokédex de Rubis :
Les pattes avant et arrière palmées et le corps aérodynamique d'Akwakwak lui donnent une vitesse effrayante. Ce Pokémon est bien plus rapide que les plus grands champions de natation.


Il ne sort hors de l’eau que pour jouer de mauvais tours aux humains des villages alentour. D’humeur perverse, le Kappa se contente de regarder sous les kimonos des femmes. Dans l’anime, Akwakwak a la fâcheuse habitude de frimer devant toutes les jolies filles en démontrant sa force au combat ou en leur exhibant ses muscles. D’humeur cruelle, le Kappa noie humains et animaux qui osent s’approcher trop près du bord de la rivière. Akwakwak sait lui aussi se montrer mortel...
Pokédex de Bouclier :
D'après de vieilles légendes, ce Pokémon entraînait au fond de l'eau tous ceux qui osaient souiller la rivière.




Le Kappa possède une drôle de particularité. Au sommet de son crâne, entouré par des cheveux, se trouve une cavité nommée sara. Tant qu’elle est remplie d’eau, le yokai y puise sa force surhumaine. Vidée de son liquide, le malheureux perd son énergie et risque même de mourir. Heureusement pour Akwakwak, aucun point faible n’est connu. Il se contente de quatre épis au sommet de sa tête.

Références culturelles


À moins que ce ne soit une couronne, ornée d’un joyau rouge. Le Pokémon prendrait une stature royale, pour s’apparenter à King Kappa. Ce kaiju apparaît dans l’épisode 19 de la série Ultraman, qui a marqué l’enfance des employés de GameFreak. La première vague de Pokémon imaginés s’inspirait fortement de ces kaiju, et l’empreinte d’Ultraman reste visible même dans les nouvelles générations de Pokémon. Malgré tout, King Kappa n’a de roi que le nom, et préfère orner son crâne d’une piscine.



Faut-il chercher plus loin ? Le célèbre roman chinois du 16e siècle La Pérégrination vers l’Ouest est connu pour avoir inspiré Simiabraz et Roitiflam, par les personnages de Wukong et Bajie. Un troisième acolyte partage leurs aventures : Wujing. Celui-ci se distingue par son habileté à la nage qui en fait un compagnon précieux. Exilé du Paradis, il est transformé en terrible démon qui se cache dans une rivière et qui mange les insouciants qui s’approchent trop près. Bien qu’il ne ressemblait en rien à un Kappa, les Japonais se sont réappropriés la légende en l’associant au yokai. Dans les représentations traditionnelles, Wujing se trouve être un moine à la face bleue, à la barbe foisonnante, et au crâne chauve parfois couvert d’une couronne. Au milieu du front, un point rouge représente le troisième œil.



Psychisme


D’après le Pokédex, les pouvoirs d’Akwakwak se manifestent à travers son joyau rouge.
Pokédex de Argent :
Si son front brille, il se sert de sa télékinésie.

Pokédex de Soleil :
Certains prétendaient que tenir la gemme rouge de son front donnait des pouvoirs psychiques, aussi a-t-il été braconné à certaines époques.

On retrouve ce bijou sur de nombreux Pokémon Psy. Persian et Akwakwak font partie de ces intrus qui en possèdent un sur le front malgré leur absence de type Psy. Outre le pouvoir ésotérique des gemmes, le troisième œil dans les religions orientales correspond à l’atteinte d’un psychisme supérieur.
Dans l'hindouisme, il s’agit du Tilak, point de concentration psychique. Dans le bouddhisme, c’est l’Urna, symbole de la capacité à voir au-delà de la souffrance. Le troisième œil expliquerait pourquoi Akwakwak n’est plus confus et ne souffre plus. Il maîtrise son psychisme, ne le subit plus.



C’est dans l’épisode 91 de l’anime que le Pokémon fit sa première apparition. Ondine combat aux côtés de celui qu’elle croit être l’évolution de son Psykokwak. Redoutable combattant, Akwakwak repousse les attaques de ses adversaires avec une facilité déconcertante, fait voltiger le sous-marin Magicarpe de la Team Rocket d’un mouvement de doigt, et tire même un Ultralaser depuis son front. Ondine tombe sous le charme du Pokémon, véritable héros télékinésique. qui déchaîne ses pouvoirs psy. L’anime faisait la publicité de sa puissance télékinésique, tandis que le jeu lui refusait encore et toujours le type Psy. Il fallait s’y attendre. À peine avait-il l’air de se servir de ses pouvoirs lorsqu’il nageait de toutes ses forces, aux dires du Pokédex. Comme si posséder quelques pouvoirs psychiques n’impliquait pas forcément d’en faire usage.



Le nom français du Pokémon délaisse lui aussi le côté psychique pour former un mot valise constitué de Aqua et Couac, sorte d’anagramme phonétique. Qu’en est-il des noms étrangers ? Golduck en japonais et en anglais, Entoron en allemand… À l'international, les étymologies renvoient au canard et à l’or. Akwakak aurait-il été de couleur jaune dans le passé ? Aucun document ne l’atteste. La réponse est ailleurs. L’or est parfois associé au type Psy dans Pokémon, à commencer par le badge marais de Morgane. En japonais, la couleur or se prononce “ki”. Peut-être que cela le rapprocherait du Ki, cette force psychique reprise abondamment dans la pop culture nippone ? Encore une fois, le psychisme fait discrètement partie de l’identité d’Akwakwak, sans trop se dévoiler.

Conclusion


Finalement, pourquoi se donner mal à la tête, à absolument chercher le type Psy ? La télékinésie n’est qu’une force cachée qui fait la particularité de ce Pokémon ridicule, à la manière de Magicarpe capable d’évoluer en Léviator. Avoir des pouvoirs psychiques était avant tout un symbole de force, à l’époque où le type Psy dominait. Game Freak voyait Psykokwak comme un simple petit canard avec un grand potentiel, avant que le reste du monde ne lui colle ce nom trop lourd de sens. Avant que la série animée n’exploite ce filon. Après tout, les Japonais n’ont jamais eu le même rapport au psychisme que nous. C’est une magie du quotidien, qui ne choque pas, n’a pas besoin d’explication. C’est la marque d’une société qui intègre encore le surnaturel dans sa vision du monde, à la manière des médiums, des Yokai… Ou des Pokémon.



Je mets à l'écrit toutes les recherches et le script V1 que j'avais fait pour Trxns ! J'ai majoritairement travaillé avec HelixChamber, précieuse source d'informations sur le développement des premiers jeux. Je me suis malgré tout détaché de leur analyse, pour proposer la mienne. Goupelin a contribué, en trouvant des sources à propos de l'ornithorynque, du procès Kodak, et de Weirduck.

Posté à 22h20 le 03/04/21

Kangourex ...
Ouiii j'avais lu cette description d'EB à propos des enfants humains ! Je pensais que ça faisait référence à une légende, mais pas carrément à un comportement naturel ! C'est dingue !

J'ai retrouvé l'article qui traite de l'ordre de création des Pokémon : A History of Pokémon through the Internal List - 1

Les premiers Pokémon auraient été créés fin 1991. Voilà donc à quoi ressemblait le premier Kangourex... Il n'a pas bougé d'un pouce !

Posté à 21h28 le 03/04/21

Kangourex ...
Tu as tout de suite su prendre en main les outils de mise en page, c'est cool ! Et j'apprécie les sources à la fin.

N'hésite pas à entrer dans les détails : à quel point est-il l'un des premiers Pokémon à avoir été créé ? Une image d'archive ? Une date ? Avec pourquoi pas un paragraphe sur l'évolution de son design.
Et à propos de l'instinct maternel des kangourou, as-tu moyen de développer un peu plus ?

À propos de la méga-évolution, est-ce crédible que le bébé kangourou après 3 mois puisse se défendre seul, ou est-ce une liberté prise par GF ?

J'aime bien la partie sur le rayon destructeur, c'est un indice intéressant !

Enfin, que penses-tu de ses protections un peu partout sur le corps ? Certains anglophones veulent y voir une armure mongole, juste parce que le nom anglais (mais pas japonais) fait référence à Genghis Khan. Simple esthétique sans référence particulière ?

Bon boulot en tout cas !


Gashapon


Topics favoris

Connexion

Inscription

Forum